P r e s s e

À   t r o p   a i m e r 

( r o m a n )

/ « Remarquable roman. »

(France Inter)

 

/ « Un premier roman aussi juste qu'implacable sur l'emprise amoureuse.

Un livre de survie. »

(Télérama - TT )

/ « Une histoire qui happe le lecteur du début jusqu'à la fin de l'ouvrage. »

(Ouest-France)

 

/ « Un premier roman glaçant et juste.

Coup de cœur. »

(Télépoche)

/ « Un texte lumineux. »

(Le Télégramme)

/ « Pour son premier roman, Alissa Wenz frappe fort et juste. »

(Le Petit Bleu)

/ « Roman d’espoir, À trop aimer est autant la chronique acérée d’une déprise que du renoncement à être soi. »

(Le Maine Libre)

/ « Beau et glaçant sujet dont la complexité est parfaitement rendue, sans manichéisme, sans simplification. »

(En lisant en écrivant)

/ « Un récit intime, sensible et juste. »

(Lettres et caractères)

/ « Bouleversant. »

(Les Miss Chocolatine bouquinent)

/ « Un tour de force littéraire pour une cause essentielle aujourd'hui. »

(Mes petits lus)

C h a n s o n

/ « Poétique, piquante ou un peu nostalgique : on retrouve chez elle un petit quelque chose de Barbara. »

(Télérama)

 

/ « Touchante, drôle, caustique, pertinente, percutante et bigrement vivante. Alissa ou le bonheur des mots. »

(Moving Art)

 

/ « Elle a de l’énergie, une présence remarquable, une bonne dose d’humour et beaucoup de poésie. Un spectacle réjouissant d'une belle artiste. »

(L'Intermède)

 

/ « Elle fait montre sur scène d’une énergie folle et d’un savoir-faire tant dans l’interprétation que dans le jeu pianistique. Une maîtrise remarquable qui vient mettre en valeur des textes d’une grande qualité. » (Hexagone)

 

/ « Dramaturgie et décor : chaque chanson est en soi une histoire. (...) C’est un ravissement. » (Nos Enchanteurs)

 

/ « Elle a une présence délicate et déterminée sur scène. C’est léger et profond, amusant et plein de grâce. »

(Livrons-nous)

 

/ « Barbara, Marianne Oswald ou encore Boris Vian n’auraient pas renié cette artiste qui sait écrire et manie avec brio l’humour. » (RécréAction)

 

/ « Sur les traces des grands interprètes tels que Brel, Barbara ou encore Boris Vian, elle insuffle à ses textes tantôt la mélancolie et la nostalgie, tantôt l’allégresse, la légèreté et l’humour. »

(Etudiant de Paris)